header-hifi-nancy-audio-frequences

Hifi Nancy

Nous adaptons nos horaires pendant le confinement. En savoir plus.
Transport & lecteur CD

Transport ou lecteur CD, comment bien choisir ?

18/03/2021
Tous nos conseils pour votre bibliothèque CD

Alors que le CD soufflait sa 42e bougie il y a quelques jours à peine, nous prendrons cette occasion au vol pour revenir sur un support qui se bat aujourd’hui contre le streaming pour garder un avenir pérenne. L’opportunité pour nous de comparer les transports CD face aux lecteurs CD et expliquer l’intérêt qu’ils peuvent avoir dans votre système.

 

 

Rewind sur l’histoire du CD

Annoncé au grand public dès le 8 mars 1979 par Philips, la société néerlandaise s’associera à Sony par la suite pour présenter un disque de 12cm de diamètre capable d’enregistrer plus d’une heure de musique. Mettant fin à la suprématie des supports analogiques et magnétiques, Philips vient tout simplement d’annoncer l’ère du numérique.

Néanmoins, ce sera Sony qui proposera le premier lecteur CD avec le CDP-101, lancé au Japon dès octobre 1982.

 

Premier lecteur CD au monde, le Sony CDP-101

 

Les promesses du CD étaient très grandes, une restitution audio de meilleure qualité et d’une propreté à l’écoute sans précédent, s’affranchissant notamment des artéfacts bien connus des amoureux du vinyle.

Le CD connaîtra de très belles années jusqu’à l’arrivée d’iTunes qui ouvrira les portes du marché de la musique dématérialisée dès 2003 avec pas moins de 300 000 titres vendus dans les 24 premières heures uniquement. Bien que le CD soit encore très présent en HiFi, il laisse chaque année un peu plus sa place au streaming et à la musique dématérialisée en général.

 

Infographic: From Tape Deck to Tidal: 40 Years of U.S. Music Sales | Statista

 

Comment un CD fonctionne-t-il ?

Le CD, tout comme ses successeurs, fonctionne grâce une lumière réfléchie sur sa surface qui traduit sa porosité en données numériques, elle-même ensuite traduite en courant électrique par le DAC dans le cas d’un système HiFi.

De manière tout à fait simple, les données d’un CD sont une succession de creux - les 0 - et de surfaces planes - les 1. Lorsque ces données binaires sont associées, elles reproduisent l’information musicale. Au total, on compte entre 3 à 5 milliards de données binaires sur un seul CD, soit près de 6 km de données dans ce petit disque. Bien entendu, cela se décuplera dès l’arrivée du SACD, DVD, puis du Blu-ray, notamment par l’utilisation d’une technique multi-couche.

 

 

Transport ou lecteur, quelle différence ?

Techniquement, le transport CD se différencie du lecteur par le simple fait de n’être qu’une platine CD. Le lecteur de son côté permettra également la conversion du signal numérique en onde analogique afin de l’envoyer directement au pré-amplificateur. Il est ni plus ni moins une platine CD avec DAC.

Dans l’un comme dans l’autre on retrouvera donc toujours les mêmes éléments jusqu’au convertisseur, à savoir :

 - Une platine afin de précisément aligner le CD au laser

 - Un laser pour lire les informations stockées sur le CD

 - Un moteur pour accompagner le CD à la vitesse de lecture du laser

 - Un contrôleur qui assure une vitesse de rotation du disque correcte et stable

Une petite astuce pour différencier d’un coup d’œil un transport d’un lecteur, il suffira de regarder les connectiques de votre appareil. Si vous n’y trouvez que des sorties numériques, il s’agit d’un transport. Si au contraire il n’y a que des connectiques analogiques il s’agit d’un lecteur CD et si les deux sont présentes alors vous aurez le choix de l’utilisation de votre source.

Note : Pour la musique dématérialisée, la passerelle réseaux sera l’équivalent du transport.

 

Panneaux arrières d'un Cambridge Audio AX C25, CX C et MOON 260D

 

Au premier regard, l’avantage que l’on tirera d’un transport sera de pouvoir choisir le convertisseur le mieux adapté à son système. C’est en effet un vrai atout, mais en réalité, les différences sont un peu plus vastes.

 

Alors qu’il est plus courant de découpler un pré-amplificateur de la section d’amplification de puissance pour des raisons de performances, les bénéfices sont transposables à la source. A budget identique, les matériaux choisis pour des éléments séparés sont plus qualitatifs, on dédouble également toutes les étapes importantes comme par exemple l’alimentation pour profiter d’une plus grande réserve en puissance. D’autre part, le fait d’avoir deux châssis distincts garantie une isolation électrique de chacun des éléments. Les interférences électriques se voient ainsi diminuées pour garantir une plus grande dynamique.

Mais ce qu'on pourra considérer comme le plus grand atout d’un transport CD, c’est qu’il sait lire un CD audio à la perfection. Nous nous expliquons. Plus haut, nous parlions de la quantité de données stockées sur un CD, SACD, DVD ou un blu-ray. La conséquence directe de cette différence de stockage sera la rotation du disque, beaucoup - beaucoup - plus importante sur un Blu-ray, DVD ou SACD qu’un CD. Alors qu’un CD audio effectue entre 200 et 480 rotations par minutes, il faudra en compter entre 200 et 1500 pour un SACD, 570 et 1600 pour un DVD voire jusqu’à 10 000 pour le blu-ray.

 

Vitesse de rotation d'un CD audio

 

Or, un grand nombre de lecteurs CD utilisent des mécaniques multi-disques voire universelles comme celles des Blu-Ray permettant de lire jusqu’aux formats les plus récents. Les transports quant à eux, ajustent leur vitesse de rotation du disque de manière extrêmement précise (environ 210 tours par minute au centre et 480 à l’extérieur donc). Cela limite les erreurs de lecture afin d’extraire les moindres détails de nos disques et de mieux retranscrire la dynamique des musiques.

Bien sûr, certaines mécaniques, plus haut de gamme, sont d’une qualité telle qu’elles sont capables de lire différents supports (notamment CD et SACD) avec un niveau de précision quasi identique.

 

On pourrait également ajouter que dans l’ère de la dématérialisation, choisir un transport permet de le brancher directement sur un lecteur réseaux par exemple et ainsi éviter d’investir inutilement dans un convertisseur déjà présent dans votre système.

 

Il est à noter cependant que certains lecteurs CD possèdent eux-aussi des sorties numériques en plus des connectiques analogiques, cela peut être une alternative lors d’une évolution système par exemple afin d’avancer par étape, nous y reviendrons plus bas.

 

Mais alors, pourquoi choisir un lecteur CD ?

Tout d’abord parce que le marché du lecteur CD est beaucoup plus développé, avec un plus grand choix pour trouver chaussure à son pied. On les retrouve également à tous les budgets quand les transports restent, pour la majorité, des produits haut de gamme. Les lecteurs CD avec sorties numériques sont également plus répandus. Il peut ainsi être une étape transitoire. On pourra ainsi s’en servir de DAC dans un premier temps jusqu’à décider d’ajouter un convertisseur externe à son installation.

D’ailleurs, d’excellents lecteurs CD existent sur le marché, pour lesquels les fabricants ont pris soin d’isoler mécaniquement la platine avec par exemple du gel anti-vibration ou les ont pourvus d’un châssis ultra rigide. C’est notamment le cas dans les lecteurs MOON, Mark Levinson, qui sont capables d’une précision et d’une qualité de reproduction audio très élevée.

Le transport CD n’est pas non plus un élément qui conviendra à tout le monde. On pourra tout à fait juger l’utilisation d’un lecteur CD très suffisante pour son système, préférant investir sur d’autres maillons comme le câblage ou tout simplement profiter d’une plus grosse enveloppe pour chacun d’eux.

Lorsque vous choisissez un transport ou un lecteur CD, il est bon d’observer que certains proposent également des fonctionnalités de conversion numérique/numérique - suréchantillage - pour par exemple profiter d’une qualité proche du 24bits à partir d’un CD audio classique ou du DXD depuis des fichiers PCM haute résolution. C’est par exemple le cas du transport dCS Rossini.

 

Concernant la question du budget à allouer pour un bon transport/lecteur, il n’y a pas de prix juste, cela dépendra nécessairement de votre budget mais également de votre système actuel.

En se concentrant sur des produits de qualité, plus le budget sera important plus la mécanique sera capable de restituer un niveau de détail et de précision accru.

Mais il ne faut pas laisser ce critère prendre le pas sur la cohérence de votre système, tout aussi important. Il serait tout à fait contre-productif d’installer un lecteur haut de gamme sur un système plus modeste. Celui-ci viendrait « boucher » ses performances et ne permettrait pas de profiter de la dynamique, de la précision et du niveau de détail de votre lecteur.

A l’inverse, connecter un lecteur, voire un transport entrée de gamme sur un système élitiste dans l’idée par exemple que les données d’un CD ne sont « que des 0 et des 1 », et que le DAC les traitera de la même manière. Néanmoins, rappelons-nous que toute information mal transmise est une dégradation du signal. Un mauvais lecteur est le meilleur moyen de détruire la qualité de nos musiques. Aucun convertisseur, aussi qualitatif soit-il, ne sera capable de reproduire avec précision une information compromise. Il n’est pas juste de réduire le signal audio numérique à simplement une suite de données binaires. Il est également question de timing, et d’autres caractéristiques que les différents lecteurs sont capables d’interpréter plus ou moins bien. 

 

Comme très souvent, la meilleure des recettes se trouve dans la raison et dans l’équilibre, en gardant une cohérence sur l’ensemble des éléments. On pourra néanmoins décider d'investir un budget raisonnablement plus important dans le lecteur lorsqu’on a pour projet d’évolution système à court ou moyen termes.

 

Soyez rassurés, il sera possible de trouver le transport ou lecteur qui vous correspond, indépendamment du budget que vous souhaitez lui allouer. La gamme AX de Cambridge Audio sera un excellent choix pour se lancer dans la HiFi. Le CX C sera quant à lui un excellent transport pour qui possède déjà un DAC, et l’Arcam CDS50 un très bon lecteur CD/SACD avec sorties numériques, chacun sous la barre des 1 000€. D’autres marques viendront étoffer notre liste comme MOON, Mark Levinson ou encore dCS que nous avons pu mentionner plus haut.

 

 

Faits notables

1) Le choix d’un disque d’une capacité de 74 minutes vient de la performance la plus longue au catalogue de Polygram. Il s’agit de la 9e symphonie de Bethoveen orchestré par Furwangler, enregistrée au festival de Bayreuth en 1951.

2) Le trou central du CD correspondrait à la taille d’une ancienne pièce de monnaie néerlandaise, pays qui a vu naître Philips.

3) La première écoute d’un CD s’est déroulé à la BBC, les auditeurs ont pu écouter Living Eyes des Bee Gees’ en 1981.

4) Le premier album gravé sur CD à destination de commercialisation sera The Visitors par Abba

5) Le premier album jamais sorti sur CD est 52nd Street de Billy Joel le 1er octobre 1982.

6) Le premier lecteur CD a été vendu par Sony, il s’agit du CDP-101 dévoilé en octobre 1982.

7) En 1985, l’album Brother in arms de Dire Straits est le premier à se vendre à plus d’un million d’exemplaires.

8) Le premier chanteur majeur à avoir l’ensemble de son oeuvre sur CD sera David Bowie avec 15 albums studio proposés par RCA Records en février 1985 aux côtés de 4 compilations “Greatest Hits”

9) Les ventes de CD ont connu leur apogée en 2000 avec près de 2,5 milliards de disques écoulés.

10) En 20 ans, l’industrie du CD a écoulé plus de 200 milliards de disques

 

 

Retour
SUIVEZ-NOUS