hihi-bordeaux

Hifi Paris

Titre Actu MoFi SuperVinyl

Retour sur le SuperVinyl MoFi

11/03/2022
Sublimation du fétiche mélomane ultime

Il est un sentiment que tout mélomane acharné connaît fort bien. Une émotion viscérale, déclenchée par l’écoute d’une musique toute particulière, qui semble appuyer sur tous les bons boutons de notre psyché, déclenchant un torrent de sentiments intenses, un tsunami d’hormones lénifiantes, une certaine idée du bonheur en somme. Une impression si prégnante, qu’il y a fort à parier que l’écoute de ces partitions parfaites - vraisemblablement écrites spécifiquement pour nous - passée sous le prisme d’une IRM, dévoilerait un cerveau stimulé de tous cotés, sémillant comme une piste de danse disco. Et lorsqu’une telle béatitude musicale a été effleurée, l’addiction n’est jamais bien loin.  Débute alors une dévotion incoercible, mue par la recherche effrénée de la captation absolue de ces quelques notes magiques, de la reproduction exacte de l’intention de l’alchimiste auteur de cette panacée mélodique. 

S’il est une firme qui comprend exactement ce desideratum, c’est bien la maison Mobile Fidelity Sound Lab. Ce label américain, d’obédience ostensiblement mélomane, s’évertue, depuis sa création à la fin des seventies, de procurer aux accros du microsillon les galettes noires les plus proches de cet idéal aural. Pour ce faire, MoFi s’est entouré de deux mastodontes américains du genre : Neotech – élite du concepteur vinyle - et Record Technology Inc – usine de pressage exigeante. Une synchronisation des forces féconde, qui a permis de sortir d’un tube à essai béni la cellule-souche d’un vinyle surdoué, qui fait tabula rasa des désagréments parfois expérimentés par les pratiquants du rite vinylique.  

 

 

Exécuté en réduisant significativement les phases de pressage, disloqué en cinq étapes dans un contexte lambda, le processus UD1S – Ultra Disc One Step, autre alias du SuperVinyl – n’utilise qu’une matrice et une empreinte avant matérialisation du vinyle qui atterrira sur la platine : un objet musical final virginal, au plus proche des enregistrements originaux utilisés pour le mastering. Un processus onéreux, délicat et laborieux, qui aboutit en un fort bien nommé SuperVinyl, présentant des sillons plus nets et une réduction plus que palpable des bruits de fond et de surface. Autant dire l’équivalent musical du Saint Graal pour pas mal de chevaliers de l’écoute analogique. Étrenné par un certain Marvin Gaye, lors de l’édition par MoFi de son mythique What’s Going On, ce vinyle UD1S - dont l’excellence est encore un peu plus exaltée par un pressage à demi-vitesse - titillera ostensiblement le point G des amateurs du crooner soul écorché vif. Adopté désormais systématiquement pour les éditions les plus puristes du catalogue MoFi, le SuperVinyl – reconnaissable entre mille à sa surface translucide – élève depuis l’expérience vinyle d’une tripotée de mordus du genre. 

Que votre euphorie musicale soit éveillée par le souffle sensuel d’un Miles Davis, les exactions libidineuses et théâtrales des mauvais garçons de Van Halen, ou la force tranquille des Eagles, les SuperVinyls MoFi vous promettent donc une belle décharge de dopamine…

Retour
SUIVEZ-NOUS